Le dispositif MAIA et la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement adopté par le sénat en mars 2015 vient modifier le dispositif MAIA. A cette occasion nous, avons rencontré Mme Bao Hoa Dang, pilote de la méthode. Elle nous explique de quelle manière le contenu de projet de loi vient influencer le dispositif.

Pouvez-vous nous dire en quoi la loi vient modifier le dispositif MAIA ?

Tout d’abord, le sens de celle-ci se voit redéfinit. Ce changement est caractérisé par la modification du sens du sigle qui jusque-là désignait les «  Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer  ». Aujourd’hui, la MAIA représente la «  Méthode d’action pour l’intégration des services d’aides et de soins dans le champ de l’autonomie  ». Le dispositif ne se concentre donc plus uniquement sur la maladie d’Alzheimer mais englobe toutes les personnes âgées en perte d’autonomie nécessitant un accompagnement particulier. Il s’agit d’une méthode (et non d’une structure physique ) incluant une série d’outils que chacun est libre d’utiliser, s’associer  selon les besoins du cas à traiter.

Il y a-t-il d’autres évolutions importantes ?

Il y a un deuxième point qui est le plus important. La loi va permettre de faciliter l’échange d’informations entre les différents acteurs qui entourent la personne âgée. En effet, chaque professionnel est tenu de respecter le devoir de discrétion qui entoure sa profession. La loi permettra à ces divers acteurs de transmettre et d’échanger toute information sur l’état de santé, la situation sociale, l’autonomie etc. du patient (dans la limite de ce qui est strictement nécessaire) alors qu’auparavant, aucun cadre législatif ne permettait de le faire. La MAIA introduit ainsi des procédures pour mieux cerner et décrire les besoins de la personne suivie. Cependant, cette possibilité est conditionnée par le consentement de l’individu concerné qui a bien sur le droit de refuser la transmission de ses informations privées.

Avez-vous une dernière chose à ajouter?

Les MAIA ont une ambition collective avec une démarche de mise en commun des outils et des connaissances au service de la population âgée. Avec cette nouvelle loi on peut donc espérer que de plus en plus de CCAS viendront rejoindre la méthode MAIA.

Mme Bao Hoa Dang est pilote la méthode MAIA nord

 

En tant que pilote, elle anime les instances de concertation, encadre l’équipe qui anime les groupes de travail dans lesquels se mettent en place les outils permettant de communiquer entre professionnels.  Dans le cadre de l’UDCCAS, elle en sollicite les différents membres  pour les sensibiliser à ces problématiques en les invitant aux instances de concertation. Elle propose également de participer à des groupes de travail dans le but d’élaborer des outils et accompagne ceux qui le souhaitent dans la mise en oeuvre de ces outils au sein de leurs équipes.Les CCAS ayant un rôle d’accueil du public et notamment du public âgé, cela permet de construire avec eux ou de mettre à leur disposition des moyens qui vont les aider à mieux cerner l’offre du territoire, à interroger les besoins de la personne  âgée dans toutes les dimensions possibles afin de pouvoir l’orienter  vers la structure la plus appropriée en fonction de ses besoins.

 

Powered by WordPress | Designed by: suv | Thanks to toyota suv, infiniti suv and lexus suv