L’ABS, pour tirer le portrait du territoire

L’Analyse des Besoins sociaux (ABS), portrait social dynamique du territoire à charge des CCAS, est rarement réalisée, faute de moyens et d’outils méthodologiques. L’UDCCAS 93 a mis en place un groupe de travail qui mutualise les expériences et élabore des outils dédiés.

C’est une de leurs obligations réglementaires annuelles, et pourtant peu de CCAS l’ont déjà réalisée. « Sur le département, moins d’un tiers ont déjà procédé à une ABS, faute de moyens humains et d’outils méthodologiques », estime Sarah Humblot, directrice du CCAS de l’Ile Saint Denis. Par ABS, entendez Analyse des Besoins sociaux, portrait dynamique du territoire qui comprend idéalement des données chiffrées et qualitatives associées à un plan d’action. Pour faciliter sa réalisation, l’UDCCAS 93 a créé un groupe de travail chargé de mutualiser les expériences et développer des outils à destination de ses membres, auquel participe Mme Humblot.

« Désormais, un très grand nombre de données publiques sont disponibles gratuitement »

Le groupe élabore un tutoriel qui recense et localise une série d’indicateurs statistiques librement accessibles, via des sources comme l’Insee, la CAF ou l’Observatoire départemental du 93. « Il existe désormais un très grand nombre de données publiques disponibles gratuitement. Ce tutoriel est un guide pour aider à les trouver, et choisir les plus pertinentes selon le sujet traité », explique Nathalie Hasni, chargée de mission à l’Observatoire social de la Ville de Tremblay-en-France, également membre du groupe de travail.

Un modèle de cahier des charges pour solliciter un prestataire extérieur est également en cours de production. « Une ABS peut être externalisée si besoin. Toutefois, vu la grande quantité de données chiffrées à disposition, le CCAS peut limiter, le cas échéant, les missions du prestataire aux enquêtes de terrain et aux préconisations », selon Sarah Humblot.

Le groupe travaille aussi à une convention-cadre entre l’UD et la CAF pour la transmission des fiches Epicaf – près de 200 indicateurs- ainsi qu’à l’intégration du tutoriel précité dans le portail internet Cabestan, développé par Kompass, de manière à proposer aux membres de l’UD un lieu-ressource unique.

L’ABS peut être générale ou se limiter à des thèmes précis  

« Chaque CCAS peut réaliser une ABS selon ses moyens », insiste le groupe de travail. L’Analyse peut balayer tous les champs d’action ou se limiter à des thèmes précis : « pauvreté », « seniors », « errance »… Ce qui compte, c’est qu’au-delà d’une simple étude, elle ne manque pas de : « présenter l’évolution dans le temps des besoins sociaux du territoire, et les services proposés ; prendre en compte la parole des usagers à travers des enquêtes de terrain, au-delà des données chiffrées ; proposer un plan d’action ».

L’enjeu ? Pour le CCAS, les services municipaux et les élus, obtenir un bout de réponse à la question : « la problématique de mon territoire, c’est quoi ? », pointe Sarah Humblot. « A travers la dynamique partenariale que sa réalisation met en œuvre – service social départemental, associations, autres services municipaux -, l’ABS va plus loin que le spectre de l’activité du CCAS, dans une logique de coordination de politique locale ». L’ABS, clé d’un rôle renforcé des CCAS ?

Plus d’infos sur l’ABS :

http://www.unccas.org/thematiques/abs.asp

Powered by WordPress | Designed by: suv | Thanks to toyota suv, infiniti suv and lexus suv