L’UNCCAS et la CNAM s’engagent pour un meilleur accès aux droits

En présence de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée à la Lutte contre les exclusions, l’UNCCAS et la CNAM ont signé, le 30 avril, une convention qui encadre leur partenariat pour favoriser l’accès aux droits en matière de santé et d’énergie, via un rôle accru des CCAS.

Favoriser l’accès aux droits en matière de complémentaire santé (CMU-C et ACS), d’Aide médicale de l’Etat, ainsi qu’en matière de tarifs sociaux de l’électricité et du gaz, tel est l’objectif de la convention signée aujourd’hui à Aubervilliers entre Patrick Kanner, président de l’UNCCAS (Union nationale des Centres communaux d’Action sociale), et Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la CNAM (Caisse nationale d’Assurance maladie des Travailleurs salariés), en présence de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée à la Lutte contre les exclusions.

« A travers leur maillage du territoire et leur contact privilégié avec les personnes démunies, les CCAS constituent un précieux allié pour améliorer l’accès aux droits par les usagers. Un enjeu d’autant plus important qu’à partir de juillet prochain, avec la hausse des plafonds de ressources pour la CMU-C, 700000 personnes supplémentaires seront concernées par ce dispositif« , a estimé la ministre.

La convention prévoit ainsi d’organiser l’information et la formation des agents des CCAS pour leur permettre d’assurer l’accompagnement des publics précaires dans leurs démarches relatives à l’assurance maladie (droits de base et complémentaires); d’optimiser la gestion et la transmission des dossiers de demande de CMU-C, d’ACS et d’AME entre les partenaires pour simplifier la prise en charge des publics reçus par les CCAS et accélérer l’ouverture des droits; de favoriser l’information, par les CCAS, des publics concernés au sujet des tarifs sociaux du gaz et de l’électricité.

Vers une pré-instruction des dossiers de CMU-C, d’ACS et d’AME par les CCAS

« L’UNCCAS, réseau de plus de 4000 CCAS, poursuit ainsi la lutte engagée contre le non recours aux droits, dans le cadre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale« , a indiqué Patrick Kanner. A terme, le partenariat mis en place devra permettre une pré-instruction des dossiers de CMU-C, d’ACS et d’AME par les CCAS, suivie d’une transmission directe à la caisse d’assurance maladie, qui s’engage en retour à les instruire dans des délais réduits.

Chaque centre communal pourra choisir de renforcer ou non ses prérogatives. « Ces structures vivent en tension permanente et subissent des contraintes budgétaires fortes. Un coup de pouce en terme de moyens pour assumer ce nouveau rôle sera le bienvenu, et nous aidera à convaincre les membres de notre réseau à franchir le pas« , a quant à lui estimé Benoit Logre, président de l’UDCCAS 93.

 

Powered by WordPress | Designed by: suv | Thanks to toyota suv, infiniti suv and lexus suv